Domaine de Nuits-Saint-Georges

C'est là que le beau Cardinal accueille ses amis et qu'est produit le meilleur vin de Bourgogne


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Fermeture de frontiere et levée de ban DR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ragondindam
valeureux
avatar

Nombre de messages : 332
Age : 29
Date d'inscription : 05/09/2010

MessageSujet: Fermeture de frontiere et levée de ban DR   Mer 24 Aoû - 6:37

Citation :
Citation :

Fermeture des frontières

Moi, Leda, Duc de Normandie,
Au Peuple Normand et à tous ceux qui liront ou se feront lire la Présente,

Suite à la déclaration de Sa Majesté la Reyne de France, Nebisa de Malemort Armantia, déclarons:


Que les frontières seront désormais fermées,

Que toutes personnes souhaitant entrer en Normandie devra pour se faire demander un laisser passer (y compris normands ou membre du DR) auprès du Prévot à savoir Dame Jamie68,

Que les armées aux frontières ne laisseront entrer personnes exceptés si celles ci ont un LP (mode faucheuse),

Que les villes de Dieppe et Avranches sont inaccessibles pour les normands et les étrangers sauf si un LP est accordé,

Que tout étranger actuellement au sein de la Normandie est prié de quitter celle ci excepté s'il a un LP en cours,

Qu'il est vivement conseiller de traverser la Normandie sans armes apparentes et sans esprit d'attaque ou mauvaises intentions (ne pas porter vos armes et vérifier vos options de déplacement),

Qu'il soit rappelé que la Capitale, Rouen voit ses accès limités. Toute personne désirant franchir les portes de la ville, Tout bateau désirant y accoster, devront d'abord demander autorisation spéciale à notre Prévost sous peine de se voir intercepter par l'armée présente au sein de la Capitale et ceci même s'il à un LP pour circuler en Normandie.

Qu'il soit rappelé aussi, que les voyages en lance, autres que celles du Duché ou validées par celui-ci, sont interdits.


Faict à Rouen, le 23 Aout de l'An de Grasce MCDLIX,

Leda,
Duc de Normandie





Citation :
Citation :
De Nous, Dotch de Cassel, Grand Maître de France,
A tous les habitants du Domaine Royal, qui le présent écrit liront ou se feront lire,

Salut,

Ce jour, nous appelons le bon peuple du Domaine Royal à prendre les armes afin de défendre les terres du Royaume de France contre l'envahisseur Breton et tous groupuscules souhaitant diviser le Royaume de France.

Ce jour, nous décidons, en accord avec Sa Majesté, de la mobilisation de la population du Domaine Royal. Chaque citoyen est appelé à prendre contact avec le lieutenant de la garnison de sa ville afin de rejoindre nos troupes déjà mobilisées.

Ce jour, nous appelons tout noble du Domaine Royal à prendre les armes aux côtés de nos armées afin de laver l'affront qui a été fait à la Couronne de France, les modalités de la levée de ban seront précisées dans les heures qui viennent.

Ce jour, nous invitons toutes celles et ceux qui répugneraient à défendre physiquement leurs proches et leurs terres, à faire des dons en denrées et armes auprès des autorités ducales ou comtales.

Peuple du Domaine Royal, il en va de l'intégrité, la survie et la sécurité du Royaume de France dans son ensemble. Sans vous nous n'y arriverons pas. Debout peuple du Domaine Royal, montrez leur quel sang coule dans nos veines!

Puisse le Très Haut Protéger la Couronne.

Faict à Troyes, le 22ème jour du huitième mois de l'an de Grace Mil Quatre Cent Cinquante Neuf.





Dotch de Cassel,
Grand Maître de France.

    Nous, Nebisa de Malemort Armantia, Reyne de France,

    Dans le soucis de donner une dernière chance à la Paix, Nous avons reçu personnellement, les Régnants d'Anjou, d'Artois, de Berry, du Bourbonais et de l'Auvergne, de Bourgogne, du Poitou et de Touraine impliqués dans un conflit qui n'avait que trop duré.

    Nous avons écouté et fait entendre Nos volontés.

    Nous avons laissé jusqu'à minuit samedi pour que les Régnants concernés se soumettent à notre décision et volonté, que nous avons attendu toute la journée de Dimanche et jusqu'à ce Lundi afin de laisser un peu plus de chance à la Paix de venir d'elle même.

    Seules les Duchesses de Bourgogne et du Bourbonais-Auvergne ont fait acte dans les temps. Le Duc de Touraine ayant attendu le verdict des urnes pour confirmé son acceptation et le Comte du Poitou s'étant rendu à la raison et ayant fait le choix de l'honneur ce jour. En revanche les autres provinces, Anjou, Artois et Berry,
    sont demeurées opposées à l'idée d'agir concrètement pour la Paix.

    Nous considérons comme une offense le refus du Duc du Berry, du Régent Angevin et de la Comtesse d'Artois et comme une injure l'éventualité de pérenniser un flou n'ayant que trop duré en vue de lointaines et vagues discutions.

    Nous ne saurions Nous résoudre à compter les points dans une partie qui ne sert qu'à nuire à la France mais la preuve de la forfaiture de Nos vassaux nous a été apportée.

    Il y a deux jours, l'armée Bretonne, étrangère, présente sur Notre sol sans Notre autorisation, s'est portée sur le sol du Limousin et de la Marche, toujours sans Notre aval et sans celui du Comte Gueldnard, sous les murs de la bonne ville de Guéret, actuellement rançonnée par les troupes du bandit Thoros. Tout nous porte à
    croire que des échanges ont eut lieux, malgré les dénégations farouches du Ponant quant à l'indépendance de ces bandits là.

    Pour ces raisons, Nous sommes déchirée de devoir admettre que Nos vassaux nous ont menti et que, malgré leurs paroles, ils n'ont jamais cherché la Paix, qu'ils se considèrent dans les faits comme un État au sein du Royaume et n'entendent pas rompre leurs liens contre nature avec le Grand Duché de Bretagne.

    C'est pourquoi Nous nous résignons, déçue mais déterminée, à demander à Nos vassaux de prendre les armes afin de défendre la Souveraineté de Notre Royaume et de faire entendre à l'Alliance, dicte du "Ponant", que l'on ne peut se défier des Lois et Coutumes du Royaume de France sans
    encourir le juste courroux d'un peuple honorable qui a, trop longtemps, retenu sa colère face aux insultes et aux agressions qui lui étaient faites.

    Nos exigences demeurent les mêmes.

    Que les provinces françaises du Ponant rompent leurs liens contre nature avec le Grand Duché de Bretagne, qu'ils se plient à l'Autorité Royale et donnent les gages de leur loyauté.


    Que le Grand Duché de Bretagne retire ses troupes armées du sol du Royaume de France et se borne à respecter le Traité du Mont Saint Michel, qui couta trop de vies et de sang à nos deux Royaumes pour être ainsi désavoué.

    En retour, et dés que la félonie cédera le pas à la raison, Nous garantissons Notre clémence envers ceux qui auraient, par le passé, agi contrairement aux mœurs ou à l'honneur. Nous assurons, en outre, prohiber les actes de pillages ou de saccages, au sein des bonnes villes de France ou des infrastructures minières et maintenir
    vis à vis de Nos sujets, une attitude conforme à Nos devoirs de Souveraine et de Suzeraine.

    Dés que raison sera rendue et que Nos provinces vassales rentreront dans une conduite digne de celle que Nous attendons, dés que Nos sujets cesseront d'être des pions manipulés et élevés pour tourner le dos à leur Souveraine, Nous aurons le soulagement et le bonheur de signer la Paix... d'ici là et puisqu'ils l'auront voulu, Nous
    n'aurons pas peur de faire la guerre.

    En outre, devant l'acte de loyauté et de sagesse du Poitou, Nous assurons à Notre vassal la paix sur ses terres et lui faisons savoir que Nous lui demandons de Nous signaler la présence de toute armée étrangère qu'il apercevrait sur son sol et, en gage de bonne volonté et de Notre compréhension lui assurons que les troupes
    qu'il nous enverra ne seront affectées qu'à l'unique mission de mettre à bas l'armée du bandit et ennemi de la France, Thoros ainsi que de ses soudards et âmes damnées.

    La France n'est pas en guerre contre son voisin du Grand Duché de Bretagne mais considérera comme une agression toute armée supplémentaire passant les frontières de France, tout mouvement offensif de ses armées et troupes présentes à ce jour, sans Notre autorisation dans Notre Royaume.

    Fait de nostre blanche main
    ce funeste jour du 22 Aoust 1459 au Palais du Louvre.








*****************


    De Nous, Nebisa de Malemort, Reyne de France, Suzeraine des Ducs et Comtes de Berry, d'Anjou, du Bourbonnais Auvergne, de Bourgogne, du Poitou, d'Artois et de Guyenne présentement réunis devers Nous,

    Nous avons entendu et écouté avec attention les exigences de chacun.

    Dans un soucis d'arbitrage honnête et équitable, nous faisons savoir ce jour notre verdict.

    L'actuel conflit n'a plus de raison d'être et ordonnons sur le champ sa conclusion pacifique . Nous reconnaissons comme légitime, tant l'intervention de provinces féales dans le but de chasser un Félon du Trône que la Couronne lui refusait le droit d'occuper, que le juste courroux de celui qui l'y remplaça. Nous admettons le désir d'assistance de ceux venus se greffer sur le conflit afin d'aider leurs amis respectifs .

    Malgré ceci, à présent, plus aucune caution ne prêtée à l'égard de ceux et celles qui tendraient en maintenir un climat d'hostilité au Centre de Notre Royaume et Nous n'aurons plus la moindre tolérance envers ceux qui décideraient d'offenser Notre autorité en s'élevant contre Notre œuvre pacificatrice.

    • Concernant les souhaits du Poitou et de l'Anjou :

      Le nœud angevin entre Saumur et Chinon revient à son légitime possesseur, le Duché d'Anjou.


    • Concernant les souhaits du Berry :

      La reconnaissance, par la Couronne, établit sa légitimité sans que nul ne s'y puisse opposer. A ce sujet, la voix d'un Régnant, quel qu'il soit n'a pas voix au chapitre. Le Duc Alleaume est notre vassal, nous le reconnaissons comme tel et nous louons de cela.

      Le renforcement des armées cesse puisque nous ordonnons à chacun d'agir en conséquence de nos ordres exprimés si après.

      Nous ne pouvons ordonner à des provinces vassales de laisser passer sur ses terres qui elle souhaite refuser.

      La neutralité de la Couronne s'arrête là ou commence son devoir et quand Ses vassaux s’avèrent incapables d'agir avoir sagesse.


    • Concernant le souhait de la Bourgogne :

      Nous nous exprimons sur le point soulevé plus bas.


    • Concernant les souhaits de la Touraine :

      La Couronne n'a jamais donné aux sujets du Grand Duché de Bretagne la permission de circuler sur le sol de France, en armée, comme s'ils étaient en terres conquises. Il sera fait rappel aux autorités bretonnes de ce point.

      Les troupes engagées rentreront chez elle, et pour cela il faudra bien bouger mais... nous précisons nos volontés çi après.

      Concernant les brigands, nulle impunité existant, qu'une liste de noms et de faits soit établi et la justice royale supervisera les mesures à prendre avec le concours de provinces les ayant, hélas, sur leurs terres.


    • Concernant les souhaits du Bourbonais Auvergne :

      Il n'y a pas, en France, de droit d'asile pour les bandits. Toute province s'opposant à châtier ou voir châtier des auteurs de pillages notoires ne pourra invoquer son bon droit face aux sanctions que la Couronne est en droit de prendre envers cette dernière et des moyens qu'elle estimera juste pour rendre Sa Justice.


    En sus de cela, nous demandons à tous de reconnaitre les points suivants :

    • Renverser un félon d'un Trône que la Couronne lui refuse le droit d'occuper est un acte de loyauté louable. Charge, à l'avenir, à la Couronne de préciser dans Ses annonce si elle souhaite ou non l'intervention extérieure de ses vassaux pour faire accomplir Sa volonté.
    • Il n'est pas permis à des sujets d'un Royaume souverain de circuler en armée sur le sol de France sans en demander, au préalable, la permission à la Couronne de France.
    • Il n'est pas permit à des provinces vassales de la Couronne de France de conclure une Alliance avec un Royaume Souverain.
    • Une guerre privée ne saurait concerner la moitié du Royaume et des étrangers sans perdre sa définition de "privée".
    • Le Surintendant aux Finances étudiera les dommages subis par les mines dans chacune des provinces impliquées par le conflit et établira le cout que chaque province recevra en guise de réparation.


    Nous rappelons également pour qui l'ignore que :

    Les peuples de France sont encouragés à se regrouper et s'allier entre eux afin de favoriser leur économie ou défendre leurs sujets. C'est pour quoi nous reconnaissons l'existence du Ponant, Alliance regroupant les provinces vassales du Poitou, de l'Anjou, de l'Artois et de la Guyenne. En revanche, il n'est pas permit aux provinces de France de conclure une alliance avec un État souverain ou d'agir comme un État dans l’État. Nous signifions donc que toutes les Alliances existant sur le sol de France sont soumis aux restrictions suivantes : regrouper des provinces du Royaume de France, agir dans le respect des Lois Royales et de la Couronne, ne pas signer de traités au nom de leur Alliance, ne pas se doter d'Institutions visant à se substituer à celles de la Couronne.

    Et pour conclure nous ordonnons :

    • Que les armées engagées dans ce conflit soient dissoutes ou démobilisées sur le champ ou se placent sous l'autorité de la Couronne afin de partir châtier Thoros et L'Eldorado quitte à les prendre en chasse. Les armées "démobilisées" par leur province devant rentrer dans leur province d'origine sans la moindre halte et par le plus court chemin via des provinces leur ayant accordé le droit de passage.


    Et nous assurons :

    • sa Majesté accepte une rencontre entre les différents dirigeants des provinces vassales du Ponant et de la Bretagne afin de mettre le traité de l’alliance du Ponant en conformité avec le Traité du Mont St Michel.


    Ceci représente, ne vous y trompez pas, un ultimatum. Quiconque s'opposerait à la volonté royale se rangerait sur le champ dans le camp des perturbateurs, avides de guerre et de chaos et signifierait par la même que la Couronne devrait se résoudre à prendre les mesures qui s'imposent.

    Faict en l'enceinte du Palais des Offices ce dix huitième jours d'Aoust 1459.






    Avec les assentiments reçus entre le 18 et le 22 d'Aoust 1459 :

    Pour la Bourgogne:

    Pour le Bourbonnais-Auvergne:

    Pour la Touraine:

    Pour le Poitou:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emmaline
précieuse
avatar

Nombre de messages : 8711
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: Fermeture de frontiere et levée de ban DR   Mer 24 Aoû - 12:49

Grand merci Ragon

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ragondindam
valeureux
avatar

Nombre de messages : 332
Age : 29
Date d'inscription : 05/09/2010

MessageSujet: Re: Fermeture de frontiere et levée de ban DR   Mer 24 Aoû - 13:58

Citation :
Citation :
Au peuple de Champagne,
Au peuple Voisin


Qu’il en soit su de tous,


Suite au communiqué de sa Majesté la Reyne de France Nebisa de Malemort en ce jour du 22 eme jour d’août,


Déclarons que :

- La Champagne ferme ces frontières à compter du 25 Août 1459.

- Que toutes nos armées situées aux frontières du Duché passerons en mode faucheuse.

- Que toutes entrées et deplacement en Champagne (de Champenois ou étrangers) devra se faire uniquement sur demande de laisser- passer à notre Connétable : Dame Hersent ou notre Prévot : Dame Coxynel.



Fait à Reims le 23 Aout 1459

Kelso Declervaux
Duc de Champagne


Et :

Citation :
Aux feudataires du Domaine Royal,
Aux Capitaines Royaux,
Aux Capitaine d’armée

Au vu des déclarations de sa majesté la Reyne de France Nebisa de malemort en ce jour du 22 eme jour d’août de l'an MCDLIX au Louvre de prendre les armes

Ordonnons

La fermeture des frontières de Normandie, d'Alençon, d'Orléans, de Champagne et du Maine. Ainsi que de passer en mode faucheuse aux frontières
D'organiser la mobilisation de la population


Faict à Paris, le 22 eme jour d’août de l'an MCDLIX

Kalimalice d’Austrasie
Maréchale de France
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ragondindam
valeureux
avatar

Nombre de messages : 332
Age : 29
Date d'inscription : 05/09/2010

MessageSujet: Re: Fermeture de frontiere et levée de ban DR   Jeu 25 Aoû - 14:14


Citation :
De Nous, Sa Grâce Alleaume de Niraco, Duc de Berry
De Nous, Sa Grâce Kirke de Penthièvre, Duc d'Anjou,
De Nous, Sa Grandeur Zazaroyaume, Comtesse d'Artois,

A Sa Majesté, Nebisa de Malemort, Reyne de France,
A tout ceux qui la présente se feront lire,


Déclarons être resté sans voix par la déclaration de Sa Majesté, incriminant directement le Duché de Berry, le Duché d'Anjou, ainsi que le Comté d'Artois.

L'accord signé par le Comte du Poitou était en discussion à l'assemblée du Ponant, et alors même que votre Première Secrétaire d'état, la Comtesse Alandrisse, nous assuraient qu'une sortie de crise était envisageable, que nous avions encore le temps d'en discuter - selon vos propres mots -, nous constatons qu'une fois de plus, les promesses sont bafouées.


Le Berry, l'Artois et l'Anjou ne se sont jamais opposés à signer la paix, nous avions demandé la continuité de nouvelles discutions, que Sa Majesté avait approuvé selon la déclaration signé du Poitou.
Déclaration pour laquelle il ne nous a été octroyé que deux heures pour en discuter, puisque deux heures après la guerre été déclaré contre le Berry, l'Anjou et l'Artois.

Demandons preuve de la forfaiture de vos vassaux.

Demandons preuve que des échanges aient eu lieu entre l'armée de Monsieur Patate et celle de Thoros.

Sa Majesté est contradictoire dans ses propos, le Poitou ne voulant pas non plus "rompre ses liens contre nature avec la Bretagne", ne comprenons donc pas pourquoi, celui-ci fut écarté de toute guerre.
Tout comme elle se contre-dit, en disant que la guerre n'est pas menée contre la Bretagne, alors que dans sa première déclaration sur cette guerre elle dit que " les armées étrangères présentent sur le sol de France est au pire une déclaration de guerre, au mieux une injure ".

Dénonçons le fait qu'à plusieurs reprises, Sa Majesté a fermé les yeux sur les agissements de la Touraine, de la Bourgogne et du Bourbonnais, qui a plusieurs reprises durant la trêve ont déplacé leurs armées jusqu'à nos frontières, preuves en est le poutrage de la Duchesse du Bourbonnais par une armée de Bourgogne, sans aucun reproche, une seule fois de Sa Majesté.

Dénonçons le fait qu'une armée Normande, portant la bannière d'une armée Royale se poste depuis deux jours devant les murs de Loches, à un jour du Berry, sous le faux prétexte de vouloir attaquer l'armée du brigands Thoros. Ayant reçu autorisation de passer en Berry depuis une dizaine de jours, si son intention avait été de soumettre Thoros, elle serait déjà en route.

Dénonçons le fait que deux Hérauts se trouvent dans cette armée, allant à l'encontre même des fondamentaux du codex héraldique qui interdit l'utilisation d'épée par "impératif de neutralité". Ce qui avait valu la destitution du Héraut Bubul27 lorsqu'il avait prit les armes pour défendre son Duché contre l'attaque de la Touraine et du Bourbonnais-Auvergne.

Demandons à Sa Majesté, où à un de ses émissaires, de venir s'enquérir de la situation en Berry, vous nous aviez dit aimer le Berry, vous nous aviez dit aimer vos sujets du Berry, si vous les connaissez aussi bien que vous nous l'avez fait savoir, vous devriez savoir que les Berrichons, pas plus que les Angevins ou les Artésiens, ne soutiendront vos accusations de félonie à notre encontre, accusations totalement infondées.

Pas plus qu'ils ne cautionneront de porter le fer contre leurs frères, même pour assouvir vos désirs de voir délogé un soit-disant félon du trône d'une province."

Déplorons la forfanterie de Sa Majesté qui a laissé le temps aux armées présentes à Loches de s'organiser et d'intégrer des soldats avant de déclarer la guerre. Démontrant ainsi que de son désir de "paix" n'était que mensonge et dissimulation.

Dénonçons l'hypocrisie de ces négociations factices signées par ceux qui se revendiquent "Loyaliste", mais qui n'ont eu de cesse de profiter de la trêve induite par l'acceptation de ces négociations pour augmenter le nombre de leurs troupes, faisant fi de la demande imposée de la Reyne de cesser leurs mouvements armés. Et pour cause.

Dénonçons l'attaque de la nuit du 23 au 24 août contre la bonne ville de Saint Aignan en Berry, moins de dix heures après la déclaration de guerre de la Reyne.
Dix heures durant lesquelles les armées, qui devaient quelques jours auparavant sur votre ordre se voir démantelées, sont arrivée en Berry.
Preuve encore une fois que Nous avons été floués et que la parole de sa Majesté n'est que mensonge et tromperie.

Sa Majesté ne remplissant plus la part attendue du suzerain dans le contrat vassalique qui la lie à ses provinces vassales,
La Couronne n'offrant visiblement plus protection et bonne justice aux représentants des peuples de ses provinces vassales,
Ne se sentant soumise d'honorer ce même contrat que vis-à-vis de la Touraine, de l'Auvergne et de la Bourgogne, à qui elle offre en ce jour en sacrifice sur l'autel de sa félonie ses trois vassaux, Anjou, Artois et Berry,

Aux vues des dégâts économiques sans précédent occasionnés par la folie meutrière de la Touraine et du Bourbonnais-Auvergne contre l'Anjou et le Berry

Actons la rupture du lien vassalique décrétée par la Reyne en ce funeste jour, Reyne qui nest toujours pas sacrée à ce jour, et de ce fait nullement reconnue par les Grâces du Seigneur comme Reyne du Royaume de France,

En conséquence,

Nous, Régnant d'Anjou, d'Artois et de Berry,

Déclarons ne plus reconnaître Sa Majesté, Nebisa de Malemort, comme suzeraine des peuples d'Anjou, d'Artois et du Berry.

Accusons en ce jour, Nebisa de Melemort, de folie qui la mène à vouloir voir éradiqués dans le sang des sujets qu'elle dit chérir.

Déclarons que Nebisa de Malemort s'est faite parjure et a menti au Royaume de France sur la rédemption du Poitou, la dernière annonce du Comte Jake prouvant largement qu'elle a usé de faux pour assouvir ses velléités guerrières.

Fait à Cholet, le vingt-quatrième d'août de l'an de Pâques 1459

Alleaume de Niraco,
Duc de Berry.




Kirke de Penthièvre,
Duc d'Anjou.




Zazaroyaume,
Comtesse d'Artois.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maud
dynamique
avatar

Nombre de messages : 295
Date d'inscription : 04/04/2011

MessageSujet: Re: Fermeture de frontiere et levée de ban DR   Jeu 25 Aoû - 15:49

Et ceci qui vient de la Duchesse Sofio sur la gargote auvergnate:

Sofio a écrit:


villageois, villageoises, soldats, nobles ou nantis

Je viens ce jour vous apporter nouvelles de la guerre, de nos soldats, de nos armées, et de nos volontaires.

Les négociations que sa majesté la reyne Nebisa a tenté ont échouées, les duchés du Ponant se sont refusés a signer l'accord de ce traité, se mettant par ce fait félons de la couronne, par annonce du 22 aut 1459 la reyne demandant alors au bon peuple du Domaine Royal à prendre les armes afin de défendre les terres du Royaume de France contre l'envahisseur Breton et tous groupuscules souhaitant diviser le Royaume de France. Invitant les feudataires des provinces vassales
- leurs capitaines
- les nobles du Domaine Royal et d'Isle de France
- les responsables des Ordres Royaux
- le capitaine de la Garde Royale

de se rendre en l' office de la Connétablie de France, pour la coordination de la guerre et renversement de la felonnie .

Nous pouvons être fier de nos armées déjà engagée dans cette guerre, nous pouvons féliciter nos soldats, nos volontaires et nos nobles pour leurs volontariat en prenant par a la guerre.

La nuit du 23 au 24 Aout nos armées ont détruits l'armée Obsequium Auxilium Consilium armée du Berry qui ne battra plus étendard effrontément, elle ne sera que la première d'une longue liste ajoutant a la victoire de la couronne notre fidélité et engagement.

Ce jour encore le duché d'Anjou, le duché du Berry et le comté d'Artois osent braver sa majesté d'une seule voix osent afficher leurs ignominies et fourberies par la déclaration ci jointe.

Ce jour encore je viens vous encourager, vous remercier et vous dire que votre cause, nos engagements, votre volonté, notre fidélité seront assurés par la victoire et ensembles de par le Bourbonnais Auvergne ou tout duchés fidèles a sa majesté et a la couronne, nous ferons plier l'échine de la déloyauté.

Pour le bourbonnais Auvergne
pour la couronne .


Citation :
De Nous, Sa Grâce Alleaume de Niraco, Duc de Berry
De Nous, Sa Grâce Kirke de Penthièvre, Duc d'Anjou,
De Nous, Sa Grandeur Zazaroyaume, Comtesse d'Artois,

A Sa Majesté, Nebisa de Malemort, Reyne de France,
A tout ceux qui la présente se feront lire,


Déclarons être resté sans voix par la déclaration de Sa Majesté, incriminant directement le Duché de Berry, le Duché d'Anjou, ainsi que le Comté d'Artois.

L'accord signé par le Comte du Poitou était en discussion à l'assemblée du Ponant, et alors même que votre Première Secrétaire d'état, la Comtesse Alandrisse, nous assuraient qu'une sortie de crise était envisageable, que nous avions encore le temps d'en discuter - selon vos propres mots -, nous constatons qu'une fois de plus, les promesses sont bafouées.


Le Berry, l'Artois et l'Anjou ne se sont jamais opposés à signer la paix, nous avions demandé la continuité de nouvelles discutions, que Sa Majesté avait approuvé selon la déclaration signé du Poitou.
Déclaration pour laquelle il ne nous a été octroyé que deux heures pour en discuter, puisque deux heures après la guerre été déclaré contre le Berry, l'Anjou et l'Artois.

Demandons preuve de la forfaiture de vos vassaux.

Demandons preuve que des échanges aient eu lieu entre l'armée de Monsieur Patate et celle de Thoros.

Sa Majesté est contradictoire dans ses propos, le Poitou ne voulant pas non plus "rompre ses liens contre nature avec la Bretagne", ne comprenons donc pas pourquoi, celui-ci fut écarté de toute guerre.
Tout comme elle se contre-dit, en disant que la guerre n'est pas menée contre la Bretagne, alors que dans sa première déclaration sur cette guerre elle dit que " les armées étrangères présentent sur le sol de France est au pire une déclaration de guerre, au mieux une injure ".

Dénonçons le fait qu'à plusieurs reprises, Sa Majesté a fermé les yeux sur les agissements de la Touraine, de la Bourgogne et du Bourbonnais, qui a plusieurs reprises durant la trêve ont déplacé leurs armées jusqu'à nos frontières, preuves en est le poutrage de la Duchesse du Bourbonnais par une armée de Bourgogne, sans aucun reproche, une seule fois de Sa Majesté.

Dénonçons le fait qu'une armée Normande, portant la bannière d'une armée Royale se poste depuis deux jours devant les murs de Loches, à un jour du Berry, sous le faux prétexte de vouloir attaquer l'armée du brigands Thoros. Ayant reçu autorisation de passer en Berry depuis une dizaine de jours, si son intention avait été de soumettre Thoros, elle serait déjà en route.

Dénonçons le fait que deux Hérauts se trouvent dans cette armée, allant à l'encontre même des fondamentaux du codex héraldique qui interdit l'utilisation d'épée par "impératif de neutralité". Ce qui avait valu la destitution du Héraut Bubul27 lorsqu'il avait prit les armes pour défendre son Duché contre l'attaque de la Touraine et du Bourbonnais-Auvergne.

Demandons à Sa Majesté, où à un de ses émissaires, de venir s'enquérir de la situation en Berry, vous nous aviez dit aimer le Berry, vous nous aviez dit aimer vos sujets du Berry, si vous les connaissez aussi bien que vous nous l'avez fait savoir, vous devriez savoir que les Berrichons, pas plus que les Angevins ou les Artésiens, ne soutiendront vos accusations de félonie à notre encontre, accusations totalement infondées.

Pas plus qu'ils ne cautionneront de porter le fer contre leurs frères, même pour assouvir vos désirs de voir délogé un soit-disant félon du trône d'une province."

Déplorons la forfanterie de Sa Majesté qui a laissé le temps aux armées présentes à Loches de s'organiser et d'intégrer des soldats avant de déclarer la guerre. Démontrant ainsi que de son désir de "paix" n'était que mensonge et dissimulation.

Dénonçons l'hypocrisie de ces négociations factices signées par ceux qui se revendiquent "Loyaliste", mais qui n'ont eu de cesse de profiter de la trêve induite par l'acceptation de ces négociations pour augmenter le nombre de leurs troupes, faisant fi de la demande imposée de la Reyne de cesser leurs mouvements armés. Et pour cause.

Dénonçons l'attaque de la nuit du 23 au 24 août contre la bonne ville de Saint Aignan en Berry, moins de dix heures après la déclaration de guerre de la Reyne.
Dix heures durant lesquelles les armées, qui devaient quelques jours auparavant sur votre ordre se voir démantelées, sont arrivée en Berry.
Preuve encore une fois que Nous avons été floués et que la parole de sa Majesté n'est que mensonge et tromperie.

Sa Majesté ne remplissant plus la part attendue du suzerain dans le contrat vassalique qui la lie à ses provinces vassales,
La Couronne n'offrant visiblement plus protection et bonne justice aux représentants des peuples de ses provinces vassales,
Ne se sentant soumise d'honorer ce même contrat que vis-à-vis de la Touraine, de l'Auvergne et de la Bourgogne, à qui elle offre en ce jour en sacrifice sur l'autel de sa félonie ses trois vassaux, Anjou, Artois et Berry,

Aux vues des dégâts économiques sans précédent occasionnés par la folie meutrière de la Touraine et du Bourbonnais-Auvergne contre l'Anjou et le Berry

Actons la rupture du lien vassalique décrétée par la Reyne en ce funeste jour, Reyne qui nest toujours pas sacrée à ce jour, et de ce fait nullement reconnue par les Grâces du Seigneur comme Reyne du Royaume de France,

En conséquence,

Nous, Régnant d'Anjou, d'Artois et de Berry,

Déclarons ne plus reconnaître Sa Majesté, Nebisa de Malemort, comme suzeraine des peuples d'Anjou, d'Artois et du Berry.

Accusons en ce jour, Nebisa de Melemort, de folie qui la mène à vouloir voir éradiqués dans le sang des sujets qu'elle dit chérir.

Déclarons que Nebisa de Malemort s'est faite parjure et a menti au Royaume de France sur la rédemption du Poitou, la dernière annonce du Comte Jake prouvant largement qu'elle a usé de faux pour assouvir ses velléités guerrières.

Fait à Cholet, le vingt-quatrième d'août de l'an de Pâques 1459

Alleaume de Niraco,
Duc de Berry.





Kirke de Penthièvre,
Duc d'Anjou.





Zazaroyaume,
Comtesse d'Artois.





*citation de Gaulle[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maud
dynamique
avatar

Nombre de messages : 295
Date d'inscription : 04/04/2011

MessageSujet: Re: Fermeture de frontiere et levée de ban DR   Ven 26 Aoû - 9:35

Félonie déclarée de Alleaume duc du Berry par Nebisa ( elle avait pas posté en double avec les codes donc, j'ai pas la signature

Nebisa a écrit:
De Nous, Nebisa de Malemort Armantia,

en complément de l'annonce précédente et devant le trahison de ce dernier, qui nous assurait hier au soir de sa soumission par les mots et agissait en traitre au matin, Alleaume de Niraco, ancien duc du Berry se voit également déclaré Félon au Royaume de France.

La noblesse loyale du Berry passe sous Notre protection et Nos sujets berrichons également.

De même, Nous prenons acte de la déclaration de guerre du Grand Duché de Bretagne qui laisse éclater au grand jour la volonté de ces traitres, faire de leur Ponant un Royaume gouverné par les Bretons, un destin tragique que ne sera pas celui de Nos sujets.

Fait de Notre main agile dans l'enceinte du Palais Royal du Louvre
ce jour du 25 Aoust 1459

Plus celles de l'Artois, Anjou et Poitou
Citation :
De Nous, Nebisa de Malemort Armantia,

Suite à l'insoumission de Nos vassaux d'Anjou, d'Artois et du Poitou, et parce qu'il ne convient pas d'excuser la déloyauté, c'est avec tristesse mais sans étonnement que Nous Nous résignons à frapper de félonie Kirke de Penthièvre, ancien Régent d'Anjou, Isabelle de Courbon Précieux dicte Zazaroyaume, ancienne Comtesse d'Artois, Jake de Valombre, ancien Comte du Poitou.

Nous précisons qu'un Félon ne peut destituer un noble et que ceux et celles qui se trouveraient sous la menace plus ou moins voilés en sont, dés cet instant libérés.

De plus, Nous assurons aux Nobles du Royaumeque sont impossibles toutes mesures de rétorsion et toutes pressions iniques visant à destituer ces loyaux sujets de la Couronne de France de leurs titres de noblesses.

Du fait d'un geste en direction de la Couronne visant à revenir à une attitude digne d'un Vassal de la Couronne, Nous exemptons le Duc Alleaume de Niraco de cette mesure, le temps de voir se concrétiser la prise de contact par les actes attendus.

Fait de Notre main agile dans l'enceinte du Palais Royal du Louvre
ce jour du 24 Aoust 1459
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philos



Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 28/04/2011

MessageSujet: Re: Fermeture de frontiere et levée de ban DR   Ven 26 Aoû - 11:41

Il ne va bientôt rester que la Bourgogne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maud
dynamique
avatar

Nombre de messages : 295
Date d'inscription : 04/04/2011

MessageSujet: Re: Fermeture de frontiere et levée de ban DR   Lun 29 Aoû - 10:56

Affiché en Gargote auvergnate. Lisez bien, j'ai bien l'impression que le Royaume va être à feu et à sang dans peu de temps. Affiché par un gueux mais ça vient de Agnès de Saint Just, dicte Gnia excommuniée par l'EA.

--la.mort.dans.l.ame a écrit:

Citation :



"Qu'on ne s'y trompe pas : vouloir le respect des libertés du plus grand nombre ne signifie pas que tout peut être fait sans risque de conséquences. De ces principes découle une exigence forte de respect & d’application des devoirs de tout un chacun."
Loi fondamentale du Royaume - Chapitre quatrième : Des libertés des sujets du Royaume de France




A vous, feudataires du Royaume de France,
A vous, ducs et comtes légitimement élus par le peuple et reconnus par la Couronne de France,
A vous qui gouvernez les provinces vassales du Royaume de France,


    Vous pensiez vivre dans un univers régi par la féodalité et le serment de vassalité.
    Vous pensiez qu'en tant que province vassale, la Couronne avait un pouvoir réduit dans votre province.
    Vous pensiez qu'en faisant hommage à la Couronne, le serment qui vous unit à icelle garantissait à votre province une autonomie politique provinciale.


    Détrompez vous et bienvenue dans un monde où la Couronne émet le désir non voilé de voir disparaitre ce que vous avez connu.


    Un monde où celle qui règne, que vous avez élu et à qui vous avez fait hommage et presté allégeance pour votre province démontre par ses paroles et ses actes que la vassalité n'est plus qu'un souvenir.
    Le but avoué de la Reyne aujourd'hui est d'invalider les Lois Fondamentales et d'anéantir totalement l'idée de la féodalité.


    Concrètement, qu'est ce que ça signifie et implique ?


    Avant il existait le Domaine Royal et les Provinces Vassales.

    Le Domaine Royal était reconnu pour être possession royale, tandis que les Provinces Vassales étaient souveraines sur leurs terres tout en bénéficiant des avantages à être liés par serment vassalique à la Couronne.

    Quels types d'avantages ?
    Ceux conférés par les institutions royales.
    Ceux conférés par l'essence même de l'échange de serment.

    En échange des promesses de fidélité, conseil et service armé à son suzerain, celui-ci vous garantit en retour protection, subsistance et bonne justice.

    La fidélité réside dans le fait de rester donc féal à la Couronne, accepter ses lois, respecter ses décisions.
    Votre rôle de conseil est acquitté aux travers de votre participation aux débat du Conseil des Grands feudataires.
    L'aide et le conseil armé peuvent être apporté par la levée du ban de vos vassaux en cas de levée du ban royal.

    La Couronne par le biais de la Hérauderie Royale accorde subsistance au travers du fief qui vous sera accordé en fin de mandat.
    Sa Protection peut être demandée au travers de la possibilité de faire appel à la Connétablie Royale.
    La Bonne Justice est garantie par la Grande Prévôté, la Cour d'Appel et la possibilité de demander avis à la Pairie et arbitrage de la Couronne.


    "Le serment de vassalité qui unit une province vassale à la Couronne n'est complet que si les deux parties l'ont prononcé."
    Codex Levan
    "Si la Couronne décide de rompre le serment l'unissant à l'un de ses vassaux, elle peut le déclarer félon et soit confisquer ses terres, soit les confier à un autre (ou laisser élire ou nommer par la Pairie pour un Grand Feudataire)." Loi fondamentale du Royaume.

    Certes.
    Mais ceci vaut lorsque la rupture du serment s'explique par la faute avérée du vassal.


    Qu'advient-il lorsque c'est le suzerain qui faute ?

    Car, dans le cas de figure des récentes ruptures de serment et déclarations de félonie des provinces d'Anjou, Berry, Poitou et Artois, la Reyne a dérogé à ses devoirs de noble et de suzeraine, en rompant son serment alors qu'il n'y avait plus d'attaque, en pleines négociations de paix, en usant de faux et de mensonges pour justifier des prises de décisions iniques et contraires à toutes les lois qui régissent le Royaume.
    Comment qualifier autrement la modification d'un texte scellé par un régnant après qu'il ait apposé son scel ?
    Dans le cas de figure de la mise sous tutelle de la Guyenne, elle a justifié la non reconnaissance de deux régnants légitimement élus par les urnes en usant du prétexte que la Loy Royale n'était pas respectée. Quelle loi ?
    La Loy de l'Eglise Aristotélicienne ne régit ni la Guyenne, ni le Royaume.


    Aussi, dans cette situation sans précédent, la Reyne, se rendant coupable de félonie, ne doit plus être considérée comme légitime suzeraine de vassaux spoliés.


    Et vous, Feudataires du Royaume, que ferez-vous ?
    Respecterez-vous une Reyne parjure, félonne et dérogeante au vivre noblement ?
    Attendrez-vous que Sa Majesté, avide d'agrandir son domaine, soit à vos frontières, vous déclarant félons et prenne possession de votre province y dictant Sa Loy qui ne respecte en rien celles qui régissent Notre Royaume ?
    Lui abandonnerez-vous votre droit le plus strict à l'autonomie sur les plans économique, judiciaire, diplomatique, militaire alors que vous avez toujours eu soin et eu à cœur de ne pas empiéter sur les engagements, directives et décisions politiques de la Couronne ?
    Accepterez-vous que votre province deviennent, au moyen des prétextes les plus fallacieux, possession royale et soit régie comme le Domaine Royal ?


    Feudataires du Royaume, ne pensez pas que vous ne serez pas les suivants !
    Dans le conflit qui agite aujourd'hui le Royaume de France ceux qui ne sont pas avec la Reyne sont contre Elle !
    Et ceux qui sont avec, rien ne leur garantit pour autant que la souveraineté de leur province respectée aujourd'hui ne se transformera pas en tutelle demain !


    Aux hommes la droiture et le devoir,
    Et à Dieu seul la Gloire.


Faict à Montauban le vingt sixième jour d'août de l'an de grasce mil quatre cent cinquante neuf.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fermeture de frontiere et levée de ban DR   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fermeture de frontiere et levée de ban DR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loi sur la fermeture des frontières
» [KAZEBUL] Derniers jours avant fermeture définitive !
» FERMETURE EXCEPTIONNELLE
» [Partenaire] Fermeture provisoire de WoP tout l'été 2010
» De la fermeture des frontières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de Nuits-Saint-Georges :: Ordre des basilics :: archives du renseignement-
Sauter vers: